Actualités

Arrêté préfectoral de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur

 
 
Arrêté préfectoral de lutte contre la flavescence dorée  et son agent vecteur

La flavescence dorée est une maladie de la vigne causée par un phytoplasme qui provoque le dépérissement des ceps contaminés. Fortement épidémique, cette maladie est propagée par un insecte, la cicadelle de la flavescence dorée, Scaphoïdus titanus.

En Auvergne-Rhône-Alpes, la flavescence concerne six foyers représentant 20 000 ha de vignes qui sont soumis à des mesures de surveillance et de lutte obligatoires.

Deux périmètres de lutte obligatoire concernent la Savoie et l’Isère :

  • PLO de Savoie- Isère : les prospections effectuées en 2018, sur le périmètre de lutte obligatoire situé en Savoie et en Isère (2000 ha environ), ont mis en évidence 16 682 ceps contaminés (contre 15838en 2017) complantés sur 1394 parcelles. Il s’agit d’un foyer important et toujours croissant qui concentre 80 % des ceps contaminés de la région.
  • PLO de Notre Dame des Prés en Savoie, il s’agit d’un tout petit foyer découvert en 2018 qui concerne une vigne isolée, l’éloignement des autres territoires viticoles savoyard le rend peu préoccupant.

Une lutte collective et réglementée

L’arrêté préfectoral de lutte contre la flavescence dorée de la vigne précise, conformément aux dispositions de l'article L251-8 du code rural et de la pêche maritime :

- la liste des communes en périmètre de lutte obligatoire

- les modalités et les mesures de surveillance

- les mesures de lutte

Tout propriétaire ou exploitant de vigne Vitis vinifera ou d’autres genres Vitis y compris les particuliers et les collectivités sont soumis aux obligations de lutte prescrites. Il peut s’agir de vignes de production, vignes d'ornement, pépinières viticoles et vignes mères, y compris celles appartenant à des particuliers ou à des collectivités. Ces mesures prévoient des traitements insecticides afin de limiter la présence de cicadelle, vecteur de la maladie, ainsi que l'arrachage des ceps contaminés (ceps isolés ou parcelles entières à partir de 20% de contamination).

Les dates et modalités des traitements insecticides sont définies de façon ciblée et proportionnée en fonction du suivi biologique du vecteur. Elles font l'objet d'une large information, en particulier en mairie, afin que soient prises, lors de ces applications, toutes les mesures nécessaires conformément aux dispositions des arrêtés préfectoraux de protection des personnes vulnérables.

En complément, le traitement à l'eau chaude du matériel végétal permet de maîtriser la qualité sanitaire des jeunes plants utilisés dans le périmètre de lutte obligatoire. Il s'agit d'une mesure de prévention qui limite les risques de dissémination de cet organisme nuisible.

Une étude a été réalisée en 2018 sur l’importance du compartiment sauvage dans la dynamique de ce foyer. Elle confirme qu’il s’agit d’un réservoir de contamination (les vignes sauvages sont porteuses du phytoplasme) et hébergeant des populations du vecteur Scaphoïdus titanus. Il est essentiel de détruire les vignes sauvages à proximité des foyers.

Les dispositions de cet arrêté préfectoral ont été présentées aux professionnels de la filière viticole et aux maires des communes concernées à l’occasion du comité technique et validées au conseil régional d’orientation des politiques sanitaires végétales du 14 mars 2019.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site internet de la direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt : http://draaf.auvergne-rhone-alpes.agriculture.gouv.fr/Flavescence-doree-de-la-vigne