Actualités

Aide exceptionnelle de solidarité pour les familles les plus modestes

 
 
Aide exceptionnelle de solidarité pour les familles les plus modestes

Afin de soutenir les familles et les personnes les plus précaires, le Président de la République a annoncé le 13 avril 2020 le versement d’une aide exceptionnelle, en complément des dispositifs déjà mis en place. En Savoie, 16 128 foyers recevront cette aide exceptionnelle de solidarité (AES), de 200€ en moyenne, ce 15 mai.

La crise pèse particulièrement sur les foyers les plus modestes : certains ménages font face à des dépenses plus importantes ou à des difficultés à subvenir à leurs besoins les plus essentiels. La présence à la maison d’enfants, qui bénéficient habituellement de repas à faible coût ou à 1€ à la cantine, fait ainsi supporter une charge financière supplémentaire, alors même que le recours à l’aide alimentaire est parfois devenu difficile. Par ailleurs, les revenus de ces ménages ont également pu diminuer en raison du confinement.

Face à ces constats, l’État a décidé de soutenir les plus modestes de ces familles : 4,1 millions de foyers français, et près de 5 millions d’enfants, bénéficieront ainsi d’une aide exceptionnelle de solidarité.

Elle sera versée en une fois, automatiquement par les caisses d’allocations familiales (CAF), les caisses de la mutualité sociale agricole (MSA ) et Pôle emploi, ce vendredi 15 mai.

Les foyers allocataires du revenu de solidarité active (RSA ) ou de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) percevront une aide de 150€, à laquelle s’ajoute 100€ supplémentaires par enfant à charge.

Par ailleurs, toutes les familles bénéficiaires des aides personnalisées au logement (APL) qui ne touchent pas le RSA ou l’ASS bénéficieront d’une aide de 100€ par enfant à charge.

A l’échelle nationale, cette aide représente un budget total de 900 millions d’euros. Elle complète d’autres mesures importantes qui visent à préserver les revenus de ménages dans le cadre de cette crise sanitaire : financement du chômage partiel par l’État pour éviter les licenciements, prolongation des droits (assurance-chômage, RSA , intermittents…).